Belgique : selon la RTBF, “la carte blanche de Laurent De Sutter est un appel à la haine”

Le 28 novembre dernier, la RTBF publiait sur son site web un texte de Laurent D Sutter sous forme de carte blanche. Laurent De Sutter, philosophe belge et professeur d’université à la VUB, y exprimait une vive critique envers les forces de l’ordre de Belgique.

Il disait être écoeuré par les actes de la police aujourd’hui en le faisant savoir dès le début du texte. Il y avait écrit : “Il ne se passe plus une journée, désormais, sans que nous parviennent les nouvelles d’une brutalité, d’une bavure, d’un acte de violence aussi débile que gratuit, de la part d’un membre de votre confrérie.”

Il dénonçait donc très clairement les violences policières surtout à l’encontre des catégories déjà affaiblies de notre société : “Vous frappez ceux dont la couleur de correspond pas à l’idée que certains se font de la génétique nationale. Vous frappez les témoins de vos exactions, les observateurs chargés de veiller à ce que vous respectiez la loi de votre mission, ceux qui ont l’outrecuidance de documenter vos abominations.”

Texte de Laurent De Sutter à l’intention des policiers (partie 1) – DR
Texte de Laurent De Sutter à l’intention des policiers (partie 2) – DR

Censure de la RTBF

La RTBF a donc accepté de publier ce texte, ce 28 novembre dernier. Mais dans les heures qui ont suivi, ce même média public – qui est donc supposé admettre la critique de ce qui se fait par un autre corps de l’Etat, la police, en tant que contre-pouvoir théorique – elle a supprimé le texte, tout simplement.

La RTBF s’est expliqué en disant qu’il y avait presque eu un “appel à la haine” en fin de texte. Le passage qui a dérangé le média public semble être celui-ci : “Vous allez cesser ou bien, la prochaine fois, c’est nous qui partirons à votre poursuite. C’est nous qui vous traquerons, vous et ceux qui refusent de prendre les mesures requises pour vous arrêter–bien que telle soit pourtant leur mission. Alors, vous comprendrez peut-être, quoiqu’un peu tard, à quel point, en effet, vous aviez tort.”

Le verbe “traquer” les a peut-être dérangé. Bien plus que ce qui est dénoncé dans tout le texte : les violences policières. Cela donne un idée des priorités de la rédaction de la RTBF : la dénonciation des violences policières semble moins prioritaire qu’un mot fort de sens dans une phrase à la fin d’un texte.

Explication de la RTBF sur la suppression de la carte blanche de Laurent De Sutter sur les violences policières – DR

La RTBF a répondu aux critiques qui demandaient les raisons de la suppression de la carte blanche de Laurent De Sutter, elle a écrit, dans un article spécialement dédié à ce propos : “Le choix du sujet est laissé à l’appréciation libre de l’auteur et celui de l’article qui fait polémique consacré aux violences et bavures policières n’est pas remis en cause par la RTBF. Par contre, la RTBF regrette que ce texte accumule les amalgames et soit si violent,  particulièrement  la chute qui peut être interprétée comme un appel à la haine.”

Pour nombre d’internautes, cette suppression en dit long. Certains ont fait le rapprochement avec le statut de Georges-Louis Bouchez, président du parti libéral francophone MR. En effet, sans que l’on puisse affirmer qu’il y ait corrélation, la suppression de l’article en question a été faite après la publication de statuts indignés. Georges-Louis Bouchez, à l’instar de Macron en France, semble avoir oublié ce qu’il disait en 2019 : “La liberté d’expression doit être absolue”.