Affaire Mawda : le journaliste Michel Bouffioux a réagi juste à la sortie de l’audience

Devant le tribunal correctionnel de Mons, où avait lieu ce lundi 23 novembre le procès du policier ayant tiré dans la tête de Mawda, réfugiée de 2 ans qui se trouvait dans une camionnette sur l’autoroute, le 18 mai 2018. Michel Bouffioux, journaliste à Paris Match qui a beaucoup travaillé sur ce dossier judiciaire a donné son sentiment face à la tenue dudit procès.

En début d’entretien vidéo, à la sortie de l’audience, il déclare “avoir ressenti un malaise”. Il déclare : “On a passé la moitié de l’audience, avec beaucoup d’énergie, je trouve, à essayer de démontrer que les parents n’auraient pas dit la vérité sur la position qu’ils occupaient dans le véhicule” (la camionnette sur laquelle le policier inculpé d’homicide involontaire et qui a tué la jeune Mawda, a tiré – ndlr).

Pour Michel Bouffioux, il a semblé que ça ressemblait au procès des parents, or, dit-il en substance, que ce n’était pas l’objet de cette audience, mais qu’il s’agissait du procès d’un tir policier.

Michel Bouffioux ajoute que les déclaration de l’expert en ballistique étaient pour le moins confuse, car ce dernier a déclaré que le tir aurait pu être causé par “une crispation du policier”, ou que cela aurait pu aussi être volontaire. Selon le journaliste de Paris Match qui a suivi l’affaire depuis le début, les dires de cet expert ne sont pas très utiles car ils n’apportent pas vraiment de réponses.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo – DR