Covid en Belgique : “Il n’y aura plus de personnel dans les hôpitaux si une 3ème vague arrive”

Aujourd”hui, en ce début novembre, la situation est critique. Les hôpitaux s’inquiètent d’une pénurie de personnels dans les jours à venir. Cela pourrait s’avérer terrible pour les patients (atteints du covid ou d’autre chose). En effet, le docteur Duc Nam Nguyen tire la sonnette d’alarme car il s’inquiète d’une très probable pénurie de personnel soignant.

Le docteur a donné son point de vue sur la situation dans les hôpitaux, qu’il annonce comme très bancale et qui peut être amenée à n’avoir plus assez de personnel soignant (infirmiers, médecins, aides soignants, etc.).

Pour Duc Nam Nguyen : “Le profil est différent que celui du mois de mars où les patients étaient plus âgés. Aujourd’hui, ils ont entre 50 et 60 ans en majorité. Il y a également des patients plus jeunes mais ça reste des patients à risques.”

“Il faut craindre que la deuxième vague dure longtemps”

Le docteur ajoute : “C’est une de nos craintes en effet. Elle sera sûrement plus lente et progressive. Même si les cas graves sont moins présents, l’évolution de jour en jour reste imprévisible, ça peut très vite se dégrader.” Il poursuit : “C’est que si une troisième vague arrive, il n’y aura plus de personnel car on sera tous malades, c’est le risque si ça dure. Quand on n’est pas malade, on ne peut pas comprendre ce qui se passe, je peux garantir que ce n’est pas quelque chose à sous-estimer, ce virus laisse de lourdes séquelles sur le long terme, parfois sur plusieurs mois. On le voit surtout sur le plan mental, les gens ont du mal à récupérer, ce sont pourtant des personnes actives et souvent en bonne santé à la base. Comme une fracture à la jambe, les séquelles du Covid restent à vie, on ne peut ensuite plus recourir normalement.”

Le regard personnel du docteur

Le docteur donne son avis plus personnel : “Personnellement, je suis pour des mesures plus strictes car les contaminations externes (non issues du travail) restent majoritaires. Il faut imposer le masque partout, renforcer les gestes simples comme laver les mains le plus souvent, il faut cesser de changer les règles toutes les semaines mais simplifier et fixer les règles dans le temps tant que la situation n’est pas en ordre.”

La situation critique, c’est donc une réalité, sembe-t-il dans le secteur de la santé, à qui on demande des efforts considérables pour qu’il nous sorte de la crise sanitaire du covid qui frappe le monde et la Belgique.