Le ministre de l’Intérieur belge Pieter De Crem : sévère avec les jeunes, laxiste avec la police ? Bilan (VIDEO)

Pieter De Crem, le ministre de l’Intérieur belge, semble pour un certain nombre de gens, être davantage intransigeant et sévère envers les actes de jeunes et de personnes des quartiers populaires souvent racisés qu’envers ses propres forces de l’ordre. Si l’on prend deux exemples, l’affaire Chovanec qui a été révélée il y a quelques jours au grand public via une vidéo qui a beaucoup choqué (violences policières, salut nazi) et les bagarres sur la plage à Blankenberge le 8 août dernier. Pour ce second cas, il a lancé une commission et a déclaré qu’il voulait interdire l’accès à la plage pour

Rappel de quelques faits et de quelques sorties depuis qu’il a endossé le poste qu’il occupe encore aujourd’hui. Pour cela, il faut remonter au mois d’avril dernier.

“Pas de problème de racisme à la police”, disait De Crem en avril

Pieter De Crem ne voyait pas de problème dans le racisme au sein de la police. Il avait déclaré cela au Parlement fédéral où il était interpellé sur le sujet par un début Ecolo (Simon Moutquin) au sujet d’une agression policière (manifestement à caractère raciste) qu’avait subie une députée européenne, Pierrette Herzberger-Fofana, également écologiste, à Bruxelles.

🗣Question au Ministre de l'intérieur, Peter De Crem, sur les violences policières à caractère racisteLe 17 juin dernier, l'euro députée Madame Herzberger-Fofana a été victime de violences et d'actes à tendance raciste de la part d'agent de police à Bruxelles jours avant, le Ministre de la Justice déclarait que les plaintes contre la police pour ces faits étaient l'oeuvre de " groupes criminels" 😑Incroyable, le Ministre ne répond à aucune de mes questions et ne retire pas ses propos malgré que je lui cite des rapports d'organisations reconnues qui prouvent l'existence de violences spécifiques à caractère raciste ( Amnesty International Belgique francophone, Médecin du monde, etc) Une posture électoraliste catastrophique qui empêche une transparence nécéssaire et qui plonge le gouvernement dans un déni de la situation. Même la France de Macron a reconnu ce problème ! Bien entendu l'immense majorité des policiers font bien leur travail, mais pour reprendre les propos de Francois Gemenne " Si 1 % des pilotes d'une compagnie aérienne ne savent pas voler, vous ne prenez pas cette compagnie" ( Désolé pour le débit de parole dans la vidéo conséquent de mon énervement)

Publiée par Simon Moutquin sur Lundi 6 juillet 2020

“Ils n’ont pas les mêmes valeurs que nous”

Il ne s’était pas arrêté au cas de la députée européenne agressée. Il a aussi répondu au cas de la mort d’Adil au début de l’année 2020. Il y avait eu des mouvements de grogne, suite au décès du jeune Adil, mort suite à une course poursuite avec la police à Anderlecht. Cela a été qualifié par la RTBF notamment d’”émeutes. Cela avait fait sortir Pieter De Crem de ses gonds et il avait déclaré qu’il s’agissait de “jeunes gens qui ne peuvent pas fonctionner selon nos normes et valeurs”.

Ces propos peuvent faire penser à ceux du président américain, Donald Trump, qui avait sous-entendu, d’après ce qu’en a rapporté le site Phonandroid, que les “mexicains étaient des violeurs“. Il s’agit d’un glissement que n’a pas opéré Pieter De Crem mais qui suit le même raisonnement de pensée.

Qu’a voulu dire le ministre De Crem en disant que les jeunes d’Anderlecht non pas les “mêmes valeurs que nous” ? Et question sous-jacente: le CD&V est-il en train de prendre un tournant à droite, voyant les scores du Vlaams Belang et de la NV-A ? Court-il après les voix de la droite extrême en négligeant les valeurs humanistes de son parti ?

Blankenberge : violences policières envers les jeunes des quartiers

Les événements du 8 août et l’attitude de la police ont beaucoup choqué.

Après cette journée, trois Bruxellois ont été présentés au juge d’instruction et plusieurs villes balnéaires ont annoncé fermer temporairement leur accès aux touristes d’un jour.

Le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem (CD&V) avait réclamé une punition “ferme et sévère” à l’encontre des responsables de la bagarre. Il s’était dit favorable à une “interdiction de lieu, locale ou généralisée à l’ensemble de la côte pour les fauteurs de troubles, comme on le fait avec les hooligans dans le football”, rapportait la RTBF.

Certains ont soutenu la police, mais ils sont souvent proches des idéologies d’extrême-droite. Il y a eu un homme qui a fait une vidéo Facebook seul et également, il y a quelques jours, une manifestation (non autorisée mais pourtant pas réprimée par la police) de soutien aux forces de l’ordre pour “leur gestion des événements de Blankenberge”. Cela en dit long.

https://www.facebook.com/watch/?ref=external&v=957667258072291

Quid du comportement des policiers de Saint-Gilles envers des jeunes femmes ?

Pieter De Crem n’a pas non plus été très loquace et très réactif pour sanctionner les policiers qui s’étaient comporté avec violences (comme le montrent les images vidéo) envers des jeunes femmes dans un bar du parvis de Saint-Gilles (Bruxelles) parce qu’elles “ne portaient pas de masque”. Celles-ci les avaient d’ailleurs appelé pour une agression sexiste. Les policiers avaient préféré s’en prendre aux victimes de sexisme qu’à l’agresseur. Ils les avaient frappé et privé de liberté. D’autres policiers avaient intimidés des passants qui filmaient la scène, ce qui est illégal.

L’intimidation, voire l’interdiction de filmer par la police, bien qu’illégale, et ce qui fait d’eux des “hors-la-loi” de fait, s’est reproduite aussi dans le centre-ville de Bruxelles, non loin du Parlement Bruxellois, rue du lombard. Vidéo ci-dessous.

Manifestation Black Lives Matter et intimidation de la presse

Lors de la manifestation du 7 juin de Black Lives Matter à Bruxelles, dans la foulée de la mort de George Floyd aux USA, de nombreuses personnes ont subi des violences policières. C’était le cas de Monim, 19 ans, arrêté et frappé dans un fourgon à l’abri des regards. Pas de réaction politique. Aucune réaction du ministre De Crem quand un journaliste français s’est fait interdire de filmer une arrestation et intimider violemment. Rien non plus concernant les coups des policiers qu’a reçu un journaliste d’ODP News par derrière et du matériel cassé.

Meurtre de Chovanec par la police et salut nazi

Le manque de sévérité envers le salut nazi de la policière lors de l’arrestation de Jozef Chovanec et du comportement de ses collègues qui l’ont tué, pose aussi question. Pieter De Crem semble assez laxiste envers ces actes, de même que Jan Jambon (ministre de l’Intérieur au moment des faits) qui a dit ne pas avoir été mis au courant, à l’époque.

Certaines parlementaires ont même été “interdites” (ont-elles dit) de participer à la commission d’enquête sur la mort de Chovanec.

Conclusion

En conclusion, il semble légitime de se poser la question du laxisme du ministre de l’Intérieur envers les agissements de la police, parfois illégaux et identifiés comme tels. Pour la population à qui il doit son poste, le traitement est beaucoup plus sévère, surtout quand il s’agit de “gens qui n’ont pas nos valeurs” (sic).