Charge de police à Nantes : Steve est disparu depuis un mois

Les fêtes de la musique sont une institution culturelle bien ancrée dans l’agenda festif français. Au cours de cet événement, les artistes de toutes les disciplines sont invités à investir l’espace public et à rendre leur création visible et audible au plus grand nombre.

Aucun incident d’ampleur n’a jamais eu lieu depuis que ces fêtes existent. Mais c’est sans compter une charge policière aux coups de 4h30 du matin à Nantes, sur le quai Wilson, en bord de Loire.

Vidéos des violences policières, filmées par des témoins, ayant conduit à la disparition de Steve, le 22 juin à 4h30 du matin sur le quai Wilson à Nantes

Alors que la fête touchait à sa fin et que la plupart des participants, majoritairement des jeunes, étaient déjà rentrés chez eux, la police a ordonné de cesser immédiatement, et comme cela n’allait pas assez vite, elle a chargé avec véhémence et sans précaution ni ménagement.

Dans le tohu-bohu, la confusion, la peur et les gaz, les fêtards pris de panique ont été pris de panique et quatorze d’entre eux sont tombés dans le fleuve la Loire, faisant une chute de plusieurs mètres de haut. Le courant étant par ailleurs très puissant à l’endroit en question.

Parmi les quatorze, treize ont pu rejoindre la terre ferme. L’un d’eux n’est pas revenu : il s’appelle Steve Maia Caniço. Il est toujours porté disparu à l’heure qu’il est.

Selon un témoin, dans la vidéo ci-dessous, les policiers ont sorti les chiens, les matraques, et les LBD. Il déclare n’avoir vu aucun projectile lancé sur les forces de l’ordre ni avant ni pendant l’intervention policière. La seule raison était que le son n’était toujours pas coupé, à une seule des vingt sono installées.

De nombreux citoyens, à commencer par les amis, la famille de Steve, ont témoigné leur douleur et pointent la responsabilité dans sa disparition.

Les chances de revoir Steve vivant sont très faibles, voire presque impossibles, sachant que le jeune homme ne savait apparemment pas nager.

La maire de Nantes demande des comptes au ministre de l’Intérieur Castaner

“Aucune information n’a été donnée […] Un mois après les faits il faut désormais que les investigations aboutissent extrêmement rapidement. Toute la lumière doit être faite sur les circonstances de cette intervention, qui posent d’importantes questions et sur la dramatique disparition de Steve Maia Caniço », écrit notamment Johanna Rolland.

La maire a envoyé une lettre pour en savoir plus sur les ordres de police qui ont été donné ce soir-là.

D’autres hommes et femmes politiques ont interpellé le ministre de l’Intérieur, tels que Ugo Bernalicis (FI), Danièle Obono (FI) et Ester Benbassa (EELV).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *