Tentative de meurtre d’un policier sur un jeune de banlieue (France)

Un contrôle d’identité a dégénéré samedi en Seine-Saint-Denis. Un jeune de 17 ans a été blessé par un gradé, chef d’une patrouille de la BAC. Le jeune a été placé en garde à vue, le policier n’a pas à ce jour été sanctionné.

Farès est un lycéen en bac pro métallerie. Le policier, major de police, est déclaré expert de violences urbaines, en plus d’être délégué du syndicat Unité-SGP (classé à gauche). Farès, 17 ans, a croisé la route de Yannick Landurain à Vaujours, en Seine-Saint-Denis, samedi en fin de journée. La rencontre a tourné au vinaigre. Le major est suspecté d’avoir donné un coup de ciseaux à l’adolescent au niveau de la gorge. Une vidéo circule sur les réseaux sociaux sur laquelle on voit le jeune homme porter son tee-shirt sous son menton pour arrêter l’effusion de sang.

Selon des témoignages recueillis par Le Point, des policiers en patrouille ont fait l’objet de quolibets. Ils stoppent alors leur véhicule et se dirigent vers un groupe de quatre jeunes installés aux abords de la rue principale de cette commune de moins de 7 000 habitants réputée peu criminogène. Ces derniers nient être à l’origine des invectives, ils sont néanmoins contrôlés et palpés. L’un des policiers s’empare alors des ciseaux de l’un d’entre eux.

« Vous n’assumez pas vos paroles, bande de couilles molles, bande de pédales, vous n’êtes pas des hommes », leur lancent les policiers, d’après le récit des ados. Selon des témoins oculaires, un gardien de la paix tente d’empoigner un adolescent, un autre le nargue alors : « C’est un signe de faiblesse. Si vous aviez affaire à des adultes, vous vous comporteriez différemment. »

« À l’hôpital, on m’a recousu de trois points de suture. Ensuite, j’ai été placé en garde à vue »

Selon Farès, il esquive alors un coup de pied au tibia : « Il voulait qu’on se disperse. On n’allait pas assez vite, selon lui. Il a avancé vers moi, a pointé ses ciseaux et me les a plantés dans la gorge, à droite de la pomme d’Adam. Ensuite, avec mon tee-shirt, je me suis fait un point de compression. Aucun des policiers ne m’est venu en aide. Un pote a appelé les pompiers. On me dit que les policiers aussi les ont appelés. Je n’ai pourtant vu aucun policier se saisir de son téléphone. Mon père a été appelé. Il croyait que j’avais été agressé par quelqu’un. Je lui ai dit que c’était un policier. À l’hôpital, on m’a recousu de trois points de suture. Ensuite, j’ai été placé en garde à vue au commissariat de Livry-Gargan. » L’affaire ne s’arrête pas là.

Le lendemain matin, la police débarque au domicile des parents alors que Farès était toujours en garde à vue. Elle embarque le père et le place, à son tour, en garde à vue. Il sera relâché au bout de 12 heures. Et s’en sortira avec un rappel à la loi. La jeune sœur venue apporter des vêtements à son frère – son maillot était maculé de sang – sera également placée en garde à vue après avoir, dit-elle, essuyé des insultes au commissariat.

Farès est convoqué ultérieurement pour outrages et menaces de mort. Deux accusations qu’il nie en bloc. Contacté lundi par Le Point, le parquet de Bobigny est resté muet. La police des polices a donné rendez-vous à la famille samedi afin de déposer une plainte.

Le syndicat Unité-SGP de Seine-saint-Denis n’a pas souhaité faire de commentaires. Son patron, Yves Lefèvre, quant à lui, cherche toujours à en « savoir plus pour se prononcer ».

Traitement de « race » et de classe sociale

D’un point de vue sociologique, on peut constater que ce fait relève de racisme, la victime étant d’origine étrangère, et de classisme, puisqu’elle est originaire d’une des régions les plus pauvres de France, la Seine-Saint-Denis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *